Abonnez-vous

L'Hôtel PLM

Le palace du début du siècle

L’hôtel du Mont-Blanc a été construit certainement avant 1909 par un riche propriétaire Suisse, M. PHYL PROVENCE.

Un hôtel de luxe avec une cinquantaine de chambres qui accueillait une clientèle anglo saxonne. A la même époque, la Société de chemin de fer PLM (Paris Lyon Méditerranée) créa la « Route des Alpes » qui contribua à la mise en valeur touristique du site et fut à l’origine du grand tourisme automobile.

La compagnie PLM orienta ses efforts vers les stations des Alpes en installant des relais et des buffets pour les clients des services automobiles. En 1920, elle décida d’investir dans l’organisation de l’hôtel restaurant du Mont-Blanc à Combloux.

Dans un parc de 10 ha, était projeté un immeuble de 200 chambres grand confort accompagné d’un golf qui devait permettre d’allonger la saison trop courte du 15 juillet au 15 août et attirer la clientèle anglaise éprise de ce sport. Le domaine s’agrandit finalement d’une patinoire, de tennis et de champs de ski.

En 1935, ouvrit le 1er remonte pente de Combloux. Une publicité dans la revue du ski de 1936 mentionne : « Comme dans un fauteuil, sans effort, sans chute, vous remonterez les plus longues pentes grâce aux téléskis des hôtels PLM ».

La clientèle aisée parcourait la route des Alpes dans leur voiture « Buick, Delahaye, Hoschiss, … » conduite par leur chauffeur. Des galas, des thés dansants étaient organisés sur les terrasses ventrues du palace. Il y avait une centaine d’employés qui œuvrait au service de cette clientèle.

Après l’octroi des congés payés en 1936, la compagnie intensifia sa publicité en créant une collection de « fiches PLM », dont la première fut consacrée aux sports d’hiver. La compagnie mis en place des trains de neige au départ de Paris et de Lyon.

A l’annonce de la guerre, l’hôtel ferma ses portes. Après la guerre, l’hôtel fut occupé par des enfants des colonies SNCF, puis les meubles, bibelots, vaisselle furent vendus aux enchères. Le Grand Hôtel ferma ses portes en 1954 et fut vendu en appartement.

A ce jour, c’est une copropriété avec de nombreux résidents secondaires.