Abonnez-vous

Le patrimoine religieux

L’église baroque de Combloux

Le but de la contre-réforme qui s’exprime par l’art baroque est double : réanimer la foi des populations très éprouvée par les conditions de vie très difficiles et établir un rempart contre le protestantisme. Suite au Concile de Trente (péninsule italienne), les évêques se dépensent sans compter pour que les idées de la contre réforme fleurissent en Savoie. Dans le moindre village, on bâtit, on rebâtit une église dans un art nouveau, chaleureux et coloré, c’est l’art baroque.

Combloux a eu une église dédiée à Saint-Nicolas au début du XVème siècle. Elle fut reconstruite entre 1702 et 1704 sur la base de l’ancienne église. Avec ses 45m, le clocher est le plus important de la Haute-Savoie. Comme dans de nombreuses paroisses, il fut détruit pendant la révolution et reconstruit dans sa forme actuelle en 1828 d’après les plans de Claude François Amoudruz.

Il passe pour être le plus beau et le plus sophistiqué de l’art bulbaire savoyard, grâce son double bulbe et sa double galerie. A l’intérieur de l’église, les retables recouverts de feuilles d’or, ornés d’anges joufflus, de colonnes torses, de pampres…sont de vrais catéchismes. Clocher et retables ont été classés par les Monuments Historiques.

La chapelle d’Ormaret

La première de ces chapelles se situe au hameau d’Ormaret. Elle a été fondée en 1495 par Michel De Intro D’Introuz, marchand natif d’Ormaret. Elle fut dédiée à Saint-Félix et Saint-Maurice ; celui-ci est représenté par une statue équestre polychrome.. Le lundi des Rogations, les fidèles s’y rendaient en procession afin de préserver la récolte de la grêle. La dite chapelle fut construite par une équipe d’ouvriers venant du village voisin de Cordon, aidée par les Comblorans.

La chapelle du Médonnet

La deuxième chapelle se situe au hameau du Médonnet, dans un cadre magnifique. Sous le vocable de Notre-Dame et de Saint-François de Sales, elle fut érigée en 1637 par François Morge et Anne Crozat, sa femme. A la suite d’un vœu fait par elle (étant atteinte d’un mal pestilentiel, nommé le charbon, dont elle fut guérie miraculeusement), le recteur devait y célébrer six messes par an. On se rendait en procession à la chapelle du Médonnet le jour de la visitation de Notre-Dame. A l’origine, la chapelle n’était pas fermée ; le porche a été muré et une porte fut placée en 1814.

La légende populaire veut que les fondateurs Anne Crozat et François Morge, ayant fait le parcours à genoux de Sallanches au hameau du Médonnet, tombèrent épuisés et c’est là qu’ils firent leur vœu. La distance parcourue représentait trois kilomètres environ.   La chapelle du Cruet   Dans le bas de Combloux, à la limite de Domancy, nous trouvons la chapelle du Cruet. Elle fut fondée en 1671 par Jean-Louis Brondex, vicaire, et son frère Jean-François, bourgeois de Sallanches. Elle fut placée sous le vocable de Saint-François de sales et de Saint-Roch, ce dernier était prié pour les épidémies et en particulier pour la peste. La cloche fondue à la révolution, fut remplacée en 1816.   Textes tirés du document du Curé Joseph Rouge (1733).   Le Sentier du Baroque   La réalisation du Sentier du « Baroque » qui traverse trois communes : Combloux / Saint-Gervais / Les Contamines, est le résultat d’un concours gagné par l’école du Gollet à Saint-Gervais (J.P Gay). Cette initiative a été réalisée en partenariat avec le SIVOM du Pays du Mont-Blanc et les trois communes.   Itinéraire pédestre de 20km avec peu de dénivelé de Combloux à Notre Dame de la Gorge. Possibilité de parcourir 11,5km de Combloux à Saint-Nicolas de Véroce ou 8,5km de Saint-Nicolas de Véroce à Notre Dame de la Gorge.

Attention prévoir son retour. En dehors des visites guidées, les chapelles sont fermées. Visites guidées l’été et toutes les années paires, pour les journées Européennes du Patrimoine : « Rando des Angelots ».

Poussez la porte de l’une des 6 chapelles ou de l’une des 4 églises sur le sentier, vous y découvrirez des angelots joufflus, des retables exubérants… L’art baroque est bien le trait d’union entre nos villages.

L’itinéraire est jalonné de croix, d’oratoires. Dans les petits villages traversés, l’architecture des fermes est remarquable : linteaux en granite ou en tuf, bassins, four à pain….Tout cela sous la majestueuse vigilance de la chaîne du Mont-Blanc.