Abonnez-vous

Historique

HISTOIRE de Combloux
Le nom de Combloux apparaît pour la première fois sur un parchemin, en 1284, sur lequel se trouve un sceau orné de la tête de loup. Parmi les étymologies possibles (Comba Loci, comblovium) c'est celle de « cumba lupis » qui est généralement retenue : “ La Combe aux Loups ”. Situé sur la voie romaine, puis sur le chemin reliant Megève à Sallanches, siège du décanat vers l'an 1000, le village de Combloux aurait été peuplé dès le XIIe siècle, lorsque les Bénédictins venus de Megève défrichèrent la région. La Haute-Savoie, département français depuis seulement 1860, date de l'annexion, a fait partie des états de la grande dynastie de la Maison de Savoie qui a vu se succéder de nombreux Comtes, puis Ducs (Amédée VIII en 1416) et enfin les Rois de Piémont Sardaigne, le dernier (Victor Emmanuel II) devenant le premier roi d'Italie unifiée en 1861.

Le village était essentiellement peuplé de paysans jusqu'à une époque relativement récente. Au XVIIIe et XIXe siècles, le village comptait 1 000 habitants, les “ Comblorans ”. Les ressources agricoles ne permettant pas de faire vivre toute la population, une émigration assez importante a commencé vers les grandes villes, en particulier Paris, pour travailler à l'hôtel des ventes Drouot, fief des savoyards. Comme dans beaucoup de villages, la polyculture et l'élevage permettaient de vivre “ sur la ferme ”; le surplus était vendu au marché de Sallanches. En 1942, Combloux comptait 134 fermes, et à ce jour, une vingtaine est encore en activité.

Autre activité notable à Combloux : les carrières de granite. Leur exploitation a démarré au milieu du XIXe siècle. Le roi de Piémont Sardaigne Charles Albert, a fait venir du Piémont et de la région du lac Majeur, des tailleurs de pierre lors de la reconstruction de Sallanches, incendiée en 1840. En 1938, une centaine de tailleurs œuvraient à Domancy et Combloux. On tirait de cette pierre, des monuments funéraires, des bordures de trottoirs, des encadrements de portes et fenêtres, des bassins...des meules à moulin dont certaines ont été exportées en Israël et en Algérie. De grands ouvrages ont été également réalisés en granit de Combloux (Pont Sainte-Marie aux Houches, Pont du Mont-Blanc à Genève...). Actuellement, l’entreprise Laurenzio (depuis 1967) à Combloux continue cette activité. Un sentier sur le thème du Granite a été réalisé vec la collaboration de l’O.N.F., de l’Espace Mont-Blanc, du Département et de la commune. D’une longueur de 1600 m environ, prend son départ au RIS, à l’entrée du village de Combloux en arrivant de Sallanches. Il chemine dans la forêt où subsistent encore d’énormes blocs erratiques déposés, il y a environ 15000 ans, lors du retrait du glacier du Mont-Blanc. Le sentier réutilise les chemins et les rampes d’accès crées au début du XXe siècle et guide le promeneur sur les traces des graniteurs. Les différents thèmes sont abordés grâce à des panneaux thématiques, reconstitution d’une forge, exposition de petits matériels. l'accès est libre mais des visites guidées sont aussi organisées par l'office du Tourisme.

PATRIMOINE de Combloux

Combloux possède un patrimoine typique mis en valeur, plusieurs oratoires, de nombreuses croix et trois chapelles sont à découvrir :
- La chapelle d'Ormaret, construite en 1495, sous le vocable de St-Maurice et St-Félix. Les fidèles s'y rendaient en procession afin de préserver les récoltes de la grêle.
- La chapelle du Médonnet, érigée en 1637 sous le vocable de St-François et Notre-Dame. Elle servit de refuge contre les loups qui envahissaient la région.
- La chapelle du Cruet, construite en 1671 sous le vocable de St-Roch et St-François de Sales, pour se préserver de la peste

L'église Saint-Nicolas

Elle mérite une attention toute particulière. Elle a été reconstruite de 1702 à 1704 sur l'emplacement de la première église datant du début du XVe siècle. Le retable central en bois polychrome du XVIIIe siècle a été classé en 1967 par les services des Monuments Historiques. Le clocher, quant à lui, a été classé en 1971. Il est , avec ses 45 m de haut, ses deux bulbes et ses deux galeries, l'un des plus beaux de l'art bulbaire savoyard.

La Ferme "à Isidore"
Rachetée par la Commune en 2002  cette ferme qui n’a fait l’objet d’aucune transformation majeure depuis sa construction représente un témoignage sans équivalent sur la société montagnarde existant autrefois à Combloux. voir la page Ferme à Isidore